twitterfacebookgooglexinglinkedin

La fatigue

La fatigue

Les vacances de Noël ne sont plus qu’un (lointain ?) souvenir…

Ces jours-ci, je ne fais que fredonner cette chanson :

 

Ma chambre a la forme d’une cage
Le soleil passe son bras par la fenêtre
Les chasseurs à ma porte
Comme des petits soldats
Qui veulent me prendre

Je ne veux pas travailler
Je ne veux pas déjeuner
Je veux seulement oublier
Et puis je fume

C’est tout à fait ça : je ne veux pas travailler.

Je suis fatiguée, épuisée et pourtant je me suis bien reposée ces jours-ci. Mais les vacances ne sont pas toujours de tout repos, surtout celles de Noël. C’est absolument crevant. La famille, les repas, les achats, encore les repas et encore les achats. Ça n’en finit pas.

Alors, évidemment, une fois le mois de janvier commencé, on est loin d’avoir le peps nécessaire pour redémarrer. J’aimerais hiberner, devenir une marmotte, me blottir bien au chaud sous ma couverture et ma couette (oui, une marmotte frileuse) et ne pas sortir le bout du nez jusqu’au printemps. Une saison sabbatique.

Mais soyons réalistes. Malheureusement, oui, il est impossible de s’arrêter. Impossible de dire aux clients que nous ne sommes pas là, que nous ne sommes pas disponibles et que nous ne voulons pas travailler, juste nous reposer. Ça ne le fait vraiment pas.

Alors, au moins, je l’écris, ça me calme, je me défoule. Exposer mon envie de ne rien faire, de laisser le temps passer et le soleil se coucher calmement. M’engouffrer de bonnes séries devant la télé, lire, lire, lire les cinq ou six bouquins cumulés sur ma table de nuit (j’ai les yeux plus gros que le ventre avec les bouquins aussi, oui) et vivre en mode couchée ou allongée.

Oublier l’ordinateur. Le laisser prendre de la poussière, se reposer lui-aussi.

Ah, ce serait tellement bien. Au conditionnel, évidemment.

Bon, cessons de rêver et au travail mesdames et messieurs.

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

 

Written by editor