twitterfacebookgooglexinglinkedin

Se chouchouter

Se chouchouter

Quand le burn-out montre le bout du nez et menace d’éclater, il faut s’arrêter sec. Ralentir et trouver les moyens pour éviter la catastrophe. Mais les mêmes remèdes à ce mal ne sont pas valables pour tout le monde. À chacun sa recette.

Dans mon cas, la meilleure solution pour limiter les dégâts dans ma tête c’est de prendre soin de moi. Ce « moi » que l’on oublie si souvent et que l’on abandonne en arrière-plan. Il y toujours d’autres priorités, soit le travail, soit les autres. Tout passe avant nous.

Donc, je pense à moi. Pour une fois, je suis le centre de mes préoccupations et je décide de me chouchouter : massage, soin du visage, manucure et pédicure, coiffeur… Des fois ça peut revenir un peu cher, alors selon le budget, je choisis l’un ou l’autre.

Il suffit en effet de quelques minutes ou d’une petite heure pour se remettre en état mentalement.

Se promener est aussi une solution, mais sans mobile, sans personne, juste avec soi-même et le silence. Respirer tranquillement, observer ce qui nous entoure, les bruits, la température, le vent, la lumière… En somme, reprendre conscience de notre entourage et réduire l’activité de notre cerveau.

Pour d’autres, c’est peut-être le sport et se défouler, transpirer, tout évacuer par les pores et s’épuiser pour tout lâcher.

Un livre, un bon bouquin pour s’évader loin, très loin et s’imaginer ailleurs. La musique, une chanson spéciale qui évoque des souvenirs heureux, peut-être les vacances, quelqu’un qui nous est cher…

Le burn-out est en effet dangereux. Notre corps nous envoie souvent des signaux, des petites lumières rouges qui nous supplient de nous arrêter et il faut les écouter à tout prix pour ne pas sombrer après.

Il y a toujours quelque chose qui nous permet de mieux nous sentir, de nous réconcilier avec le monde. Pourquoi laisser passer cette occasion ?

À bientôt,

Barbara Figueroa Savidan

Written by editor