twitterfacebookgooglexinglinkedin

La pluie…

La pluie…

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille… Qui ne connaît pas cette chanson que chantent tous les enfants ? (et les plus grands aussi). Dès qu’on sent une goutte, ma fille et moi la chantons, mais depuis plus de deux semaines maintenant, c’est une routine qui commence à devenir assez lourde. La région avait un besoin urgent de pluie, c’est sûr. La pluie fait du bien, je suis d’accord. Mais là, la grisaille déprime sérieusement. Dans le sud, nous ne sommes pas habitués à être privés de soleil pendant aussi longtemps. La belle lumière qui dessine notre ciel s’est cachée et ne semble pas pressée de ressortir.

De la pluie tous les jours, toute la semaine. Cela m’a donné envie de chercher les expressions que nous utilisons dans notre vie courante et qui mentionnent cette condition climatique parfois assez pesante, mais tellement belle également. Non seulement elle fait du bien à la nature (à sa juste mesure, évidemment), mais en plus, elle permet de créer de magnifiques phrases et expressions. Les voici.

- « Faire la pluie et le beau temps », cela veut dire être très puissant, décider de tout.

- « Se mettre dans l’eau de peur de la pluie », se mettre dans une mauvaise situation pour éviter de moindres inconvénients. Je crains l’entre chien et loup quand on ne se cause point et je me trouve mieux dans ces bois que dans une chambre toute seule : c’est ce qui s’appelle se mettre dans l’eau de peur de la pluie. Mme de Sévigné. Lettres à Mme de Grignon (1675).

- « Ne pas être tombé de la dernière pluie » : avoir de l’expérience, être averti. La métaphore concerne le caractère récent, « fraîchement tombé », de la dernière pluie, qui au lieu d’être positif comme la nouvelle vague correspond à une innocence critiquée.

- ou encore… « Petite pluie abat grand vent » : il suffit souvent d’un mouvement insignifiant pour apaiser une grande querelle, une affaire tumultueuse. Le contraste entre grand (vent, etc.) et petite (pluie) est exploité dans plusieurs proverbes : « les petites pluies gâtent les grands chemins », des petites causes répétées ont des effets importants, ou alors « de grand vent, petite pluie », de grands éclats en parole peuvent n’aboutir qu’à de petits effets…

- et, pour finir, « pluie du matin n’arrête pas le pèlerin », une difficulté initiale ne décourage par l’homme d’entreprise.

Alors, la pluie et la grenouille c’est bien, mais vivement le soleil, mesdames et messieurs.

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

 

 

Written by editor