twitterfacebookgooglexinglinkedin

« Fais attention à toi »

« Fais attention à toi »

C’est un sujet d’actualité, mais il a toujours été présent. Je parle du harcèlement subi par certaines femmes et des manques de respect. C’est une ombre qui est toujours là, que l’on veut à tout prix éviter, mais qui ne quitte pas notre esprit. « Fais attention si tu rentres tard. Prend un taxi, mais ne reviens pas seule à la maison », c’était une phrase répétée par ma mère chaque weekend quand je sortais avec mes amis. « Fais attention ». Cette ombre c’est celle qui nous fait nous retourner dans la rue, craintives, pendant la nuit quand on se retrouve seules dans une rue déserte, quand on parcourt les tunnels interminables dans les stations de métro tard le soir ou bien quand on se retrouve nez à nez dans le noir d’une ruelle avec une silhouette.

Cette ombre est désagréable, elle nous fait sentir vulnérables.

J’ai vécu deux ou trois épisodes dans ma vie dans lesquels j’ai vraiment eu peur. Dans ce cas, c’était à la lumière du jour, dans le métro. Un homme ne me quittait pas des yeux, d’un regard très gênant et envahissant. Dernier arrêt. Le wagon est presque vide et il me suit de près sur le quai. Je monte vite les escaliers roulants et il se dépêche pour ne pas me perdre de vue. Je le sens bien derrière moi. Une fois dans la rue, il me suit de très près. Je ne sais pas quoi faire et je rentre dans un café. Je parle à l’un des serveurs et lui explique ce qui m’arrive. Très compréhensif, il me dit de rester dedans et va jeter un œil dehors. Effectivement, l’homme est toujours là, il m’attend et ne pars pas. Je suis restée plus d’une heure dans ce café à attendre mon meilleur ami qui est venu me chercher en voiture. Le méchant loup était toujours devant la vitre de l’établissement. Incroyable. Il attendait sa proie.

La sensation d’impuissance est totale.

Les autres épisodes sont plus ou moins ressemblants. C’est un manque de respect total envers les femmes. Pourquoi devons-nous avoir peur lorsque nous nous retrouvons seules dans la rue ou ailleurs ? Pourquoi devoir supporter des commentaires vulgaires, des regards non appropriés et pourquoi devoir assumer l’existence invisible d’un danger juste par le fait d’être une femme ?

Bref. Les choses changent petit à petit, mais le chemin est encore très long.

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

Written by editor