twitterfacebookgooglexinglinkedin

Les enfants bilingues

Les enfants bilingues

Les langues prennent une dimension de plus en plus importante dans notre vie. D’un point de vue professionnel, bien évidemment, le fait de savoir plus d’une langue devient un atout au moment de chercher un emploi, mais aussi sous un angle personnel, pour ouvrir son esprit à différentes cultures, voyager et partager.

Je suis bilingue depuis toute petite, grâce aux efforts de mes parents : mon père espagnol et ma mère française. Nous habitions en Espagne, mais les deux langues ont toujours cohabité chez nous, au point de passer de l’une à l’autre dans une même conversation sans nous en rendre compte. Nous vivions près de la frontière française, à environ 20 km, ce qui nous permettait de passer fréquemment d’un pays à l’autre. J’ai également suivi mes études dans les deux langues et vécu des deux côtés des Pyrénées. La richesse que fournit la connaissance d’une deuxième langue est considérable et c’est une chance de pouvoir en bénéficier dès notre plus jeune âge.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité répéter le même schéma avec ma fille, mais avec quelques complications… Nous habitons loin de la France et je suis la seule à lui parler en français ici. Je lui ai toujours parlé en français et je continue à le faire, mais elle me répond toujours en Espagnol, sauf de rares exceptions. Elle comprend absolument tout ce que je lui dis, mais elle n’a pas encore eu ce « déclic » pour se lancer. À bientôt sept ans, elle commence timidement à dire quelques mots et elle se sent fière devant les autres d’exposer les mots qu’elle connaît en français. C’est drôle, parce qu’elle sait parfaitement ce que je lui dis et traduis quelquefois mes mots en espagnol pour les transférer à son père.

J’ai une amie dans le même cas, mais concernant l’allemand, et c’est le même cas de figure. Donc, ça me soulage un peu ! Quand ma fille me demande de lui raconter une histoire le soir, elle choisit toujours un livre en français, elle aime m’écouter dans cette langue et me demande le sens des mots qu’elle découvre pour la première fois.

Je suis sûre qu’un jour elle se « débloquera » et me sortira 3 ou 4 phrases de suite en français et, ce jour-là, je saurais que tous ces efforts auront valu la peine !

Alors, si vous êtes dans le même cas, ne vous découragez pas. Ça finira par venir tout seul, sans forcer. Le travail est là, l’apprentissage est là. Il ne reste plus qu’à attendre le moment !

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

Written by editor