twitterfacebookgooglexinglinkedin

Fatiguée

Fatiguée

Je suis fatiguée, épuisée. Je suis assise devant mon ordinateur. Je dois écrire un article pour le blog et je suis à court d’idées. La seule chose qui me vient à l’esprit est le manque de repos et un corps qui crie dans tous les sens de se laisser aller sur un canapé bien moelleux ou sur un matelas bien douillet. Je suis ko, caput, crevée, vannée, exténuée, harassée, lessivée, claquée. C’est le burnout. Total.

Les gens essaient de façon très sympathique de vous donner des conseils du genre : « mais, détendez-vous », « mais, voyons, arrêtez-vous deux secondes », « il ne faut pas stresser à ce point ». Oui, merci, je le sais. Vos mots sont gentils, mais ils ne servent vraiment à rien. Le stress et la fatigue ne partent pas quand on leur demande. Ils s’installent bien confortablement dans votre corps et vous écrasent.

J’y ai longuement réfléchi, j’ai pensé à différentes solutions pour réussir à res-pi-rer, à faire une pause, à m’autoriser une pause, plutôt, à me reposer, physiquement et mentalement, et j’ai trouvé : le YOGA est mon sauveur ! Je n’y croyais vraiment pas, je pensais être bien trop nerveuse pour que cela puisse marcher, je répondais toujours « non, non, ça ce n’est pas pour moi ». Et bien oui, c’est pour moi et ça marche. Pendant une heure, je réussis à ralentir ma respiration, à souffler, à m’étirer, à ne penser à (presque) rien ou, du moins, à ralentir mes pensées, à les laisser dans un arrière-plan. Pendant l’espace d’une séance, mon épuisement se volatilise et je me sens légère, très légère.

La fatigue s’évapore en effet et laisse s’installer un bien-être si plaisant, si merveilleux ! Chaque fois que j’arrive au centre de yoga, je suis énervée, j’ai mille choses dans la tête en désordre et après quelques minutes, le calme balaie tout ce bazar.

Je n’y croyais pas et maintenant j’y crois plus que jamais. Comme quoi, on ne peut pas avoir de préjugés…

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

 

Written by editor