twitterfacebookgooglexinglinkedin

Tout a changé

Tout a changé

J’ai 38 ans. Quand j’étais petite, pareil que me sœurs, nous fêtions nos anniversaires chez nous, à la maison, avec 3 ou 4 amis maximum. On jouait, on goûtait des sandwichs au jambon ou au saucisson et je soufflais les bougies posées sur un quatre-quarts fait par ma maman, avec quelques bonbons en décoration. Et nous étions les plus heureux au monde avec un tout petit budget.

Quant aux cadeaux, c’était vraiment modéré, mais c’était tout à fait normal. Une ou deux surprises étaient bien plus que suffisantes.

Mais aujourd’hui, tout a changé.

Ma fille a presque 7 ans. Depuis la rentrée, elle a été invitée à quatre anniversaires. De nos jours, plus personne ne fête ce jour à la maison. C’est le tour des parcs de jeux pour enfants, des anniversaires à thème (princesspark, pirateparc, kidchef, etc.), que ce soit une séance maquillage et coiffure pour les petites, de l’accro-branche, des cours de cuisine pour enfants… Enfin, un vrai business pour certain et la ruine pour les parents. J’ai l’impression que certains cherchent à en faire toujours plus, toujours plus grand, plus impressionnant. Cela cache quelquefois aussi une certaine concurrence entre les parents… Au secours.

Du coup, quand c’est au tour de ma fille, quoi faire ? Elle nous supplie de le fêter à tel ou tel endroit, peu importe, étant donné que le budget baisse rarement des 200€. Il faut ajouter le gâteau (les desserts maison ne sont plus bien vus dans ce contexte), les boissons des parents et les snacks de courtoisie pour assurer le grignotage des adultes. Il faut faire attention aux « extras » proposés par ces établissements : souhaitez-vous ajouter une pièce de théâtre au menu pour le bonheur de vos enfants, pourquoi ne pas payer 50 euros de plus pour que tous les enfants repartent chez eux avec un beau maquillage de lion ou de fée, ou bien alors payer le supplément discothèque ?

Sans parler des cadeaux. Les exigences se sont multipliées. Tout a changé.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Alors voilà. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à la maison nous soufflons toujours les bougies sur des gâteaux préparés par nous-mêmes. C’est déjà ça !

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

Written by editor