twitterfacebookgooglexinglinkedin

En savoir plus sur notre langue (2)

En savoir plus sur notre langue (2)

Continuons notre petit parcours à travers les expressions françaises et leurs curiosités. Nous sommes habitués à les utiliser dans notre quotidien et oublions parfois de chercher leur origine ou de comprendre leur sens… Alors, pour en savoir un peu plus sur notre langue, en voici encore quelques-unes.

COUPER LES CHEVEUX EN 4

Cela veut dire « se donner du mal inutilement ». C’est au XVIIème siècle qu’est apparue cette expression sous la forme « fendre les cheveux en quatre ». Elle figure un soin excessif pris pour faire quelque chose. On peut en effet imaginer qu’essayer de couper un cheveu en quatre est perdu d’avance, et surtout inutile.

RACONTER DES SALADES

Lorsqu’on veut faire avaler un mensonge, ou raconter des salades, expression du XIXe siècle, il suffit de mélanger un peu d’humour, des excuses imaginées, un peu de vrai et de faux et de l’assaisonner d’un ton convaincant pour que la chose ait des chances de passer…

AVOIR LA FRITE

C’est à cause de sa forme plutôt ronde qu’en argot du début du XXe siècle, la pomme de terre, donc la patate, a été assimilée à la tête (comme la poire auparavant).
Sans que ce soit certain, c’est probablement parce que celui qui est en bonne forme a une bonne ‘patate’ que, en passant par une forme comme “il a une sacrée patate” on est arrivé à « il a la patate ». Quant à la ‘frite’, elle en découle assez logiquement, mais plus tard, dans les années 70.

SE TENIR À CARREAUX

Se tenir à carreaux veut dire se faire discret. L’historique de cette expression est controversée mais le sens identique. Pour les uns, elle est issue d’un jeu de carte et du dicton « qui se garde à carreau n’est jamais capot », donc qui fait attention à son jeu ne perd pas. Pour d’autres, elle vient de l’argot « carrée » qui signifie « chambre ». « Se tenir à carreau » ou s’abriter et se faire oublier.

EN FAIRE TOUT UN FROMAGE

Cette locution serait apparue la toute première fois au 20ème siècle et signifie exagérer l’importance d’une situation ou plus communément faire toute une histoire pour pas grand-chose. L’origine de l’expression vient de l’idée qu’en partant de quelque chose d’aussi simple que du lait, on peut obtenir un résultat très élaboré, comme du fromage. En effet, le maître fromager part de peu pour obtenir, avec tout son savoir-faire, un fromage d’une extrême finesse. La locution signifie donc que l’on peut aisément transformer quelque chose d’anodin en une chose plus complexe. Ainsi, l’expression s’est inscrire dans les esprits et désigne cette tendance qu’ont certaines personnes à faire toute une histoire en partant de peu : exagérer les choses en pensant qu’une situation est dramatique alors qu’il ne s’agit en fait de rien de sérieux. Aujourd’hui, on utilise encore l’expression lorsqu’on accorde une importance disproportionnée à quelque chose de dérisoire.

À bientôt,

Barbara Figueroa-Savidan

 

 

Written by editor

3 Comments

  1. education school · mayo 22, 2017

    education school…

    We stumbled over here coming from a different website and thought I should check things out. I like what I see so now i’m following you. Look forward to exploring your web page repeatedly.|…

  2. educational websites · mayo 23, 2017

    educational websites…

    I’m not sure exactly why but this web site is loading incredibly slow for me. Is anyone else having this problem or is it a issue on my end? I’ll check back later and see if the problem still exists….

  3. board of education · mayo 24, 2017

    board of education…

    naturally like your website however you have to test the spelling on quite a few of your posts. Many of them are rife with spelling issues and I to find it very troublesome to tell the reality however I will definitely come back again….