twitterfacebookgooglexinglinkedin

Ne plus rien avoir à se dire…

Ne plus rien avoir à se dire…

L’autre jour, les planètes se sont alignées et mon compagnon et moi sommes sortis dîner seuls dans un petit resto près de chez nous. Depuis que nous sommes parents, c’est vraiment un exploit ! Nous nous sommes assis tranquillement, avons commandé une bonne bouteille de vin et nous n’avons pas arrêté de parler jusqu’à ce que le serveur nous a interrompus pour nous demander ce que nous souhaitions dîner. Il a pris la commande et on s’est remis à notre conversation. Puis nous nous sommes rendu compte que quelque chose clochait autour de nous. L’ambiance était parfaite pour se sentir bien à deux, pour papoter, déguster un bon repas… Dans la salle il y a avait en effet plusieurs couples, mais les tables restaient en silence. Aucune trace de mots ni de sourires échangés, pas de complicité, rien de rien. Ils regardaient à droite ou à gauche, mangeaient la tête dans l’assiette et consultaient leurs mobiles toutes les deux secondes. C’est ce que nous avons observé en moins d’une minute. Ça m’a vraiment choqué. Des couples jeunes, qui devraient avoir beaucoup de choses à se raconter, mais qui n’avaient déjà plus rien à se dire.

C’est triste quand même d’en arriver là. Ils projetaient une image de tristesse, d’ennui, de démotivation… Je crois que mon compagnon et moi avons pensé la même chose : ne jamais devenir un de ces couples, ne jamais leur ressembler, ne pas tomber dans le gris. Ils n’étaient pas à l’aise, comme s’ils préféraient se trouver ailleurs. Alors, pourquoi forcer les choses, je me demande…

Alors nous avons levé nos verres, avons bu une bonne gorgée de ce vin délicieux, l’avons savouré lentement et avons repris notre conversation. Cela fait déjà presque 15 ans que nous sommes ensemble, mais nous avons toujours plein de choses à nous raconter. Il faut faire l’effort de ne pas perdre cette communication, cette proximité avec la personne qui partage notre vie. L’amour n’est bien évidemment pas un long fleuve tranquille, bien sûr que non. Il faut ramer, ramer et ramer pour rester à flot et ne pas se noyer.

Quand la personne qui se trouve assise devant vous est certainement celle qui vous connaît le mieux au monde, la parole symbolise le lien. Si les mots disparaissent, le silence peut tout déchirer.

À bientôt,

Barbara Figueroa Savidan

Written by editor