twitterfacebookgooglexinglinkedin

Le retour aux sources

Le retour aux sources

Cet été j’ai revécu mon enfance. Je suis partie avec ma petite famille en Galice, au nord-ouest de l’Espagne, une région délicieuse aux paysages merveilleux. Le royaume du vert par excellence. Ses montagnes, ses vallées, ses falaises… Une vraie bouffée d’oxygène et de fraîcheur, surtout lorsque l’on vient du sud, où les températures baissent rarement de 25 degrés la nuit.

Bref. Je suis retournée au village de mon père, dans la province de Lugo. Je visite ma famille assez régulièrement, mais le fait d’y revenir avec ma fille de 5 ans a été une découverte pour moi. En effet, elle a l’âge d’apprécier les choses, elle pose une infinité de questions et elle veut tout savoir sur mon papa, sa famille, son village, son enfance, la mienne, mes souvenirs des vacances d’été quand j’étais petite. J’ai tout parcouru avec elle, j’ai réveillé plein d’images, d’instants, d’expériences.

Nous en avons tellement profité. Elle voulait tout voir. La maison où mon père et ses frères et sœurs ont grandi, l’école –aujourd’hui en ruines- où il a étudié, la rivière où il se baignait avec ses copains… Ça m’a fait du bien et je me suis sentie plus proche que jamais de mon père, décédé il y a quelques années.

Je parle souvent à ma fille de lui. Elle le connaît. Je ne voudrais surtout pas qu’elle passe à côté de tout ça. C’est mon passé, l’histoire de ma famille et donc la sienne, un héritage que je lui transmets et qu’elle adore savourer et connaître de près.

Ma tante est la mémoire de la famille. C’est la fille ainée et elle garde toutes les photos. J’adore les voir et les revoir et écouter ses petites histoires, les anecdotes qui se cachent derrière chaque cliché. Je nous revois encore ma fille et moi vautrées sur ces albums émerveillées et émues en même temps.

C’est le pouvoir de la parole. À travers les mots, ma tante me raconte le passé, elle rend les vieux souvenirs vivants et grâce à la parole justement, ils ne disparaîtront jamais de nos vies. Elle me les transmet comme des trésors précieux et moi-même les raconte à ma fille.

La Galice nous a encore plus rapprochées. Ma fille a bien connu une partie de mes origines et donc des siennes et cela nous a rendues vraiment heureuses. L’année prochaine on y retournera, c’est sûr !

À bientôt,

Barbara Figueroa Savidan.

Written by editor