twitterfacebookgooglexinglinkedin

Les personnes créatives ont… un cerveau différent !

Les personnes créatives ont… un cerveau différent !

Dans les années 1960, le psychologue et chercheur Franck X. Barron a mené une curieuse expérience consistant à réunir dans une villa certains des cerveaux les plus brillants de sa génération pour découvrir ce qu’ils avaient en commun. La seule condition appliquée : avoir un haut potentiel créatif. Il s’agissait notamment d’écrivains célèbres comme Truman Capote, d’éminents architectes, scientifiques de renom, d’entrepreneurs fortunés et de mathématiciens distingués. Pendant quelques jours, une maison sur le campus de l’Université de Berkeley a accueilli le groupe. Sous le regard observateur de Barron, les participants se sont livrés à une batterie de tests pour analyser leur santé mentale ou le niveau de leur pensée créative.

Le site Quartz s’est replongé dans les archives scientifiques des 50 dernières années et dans les dossiers de Barron. Les conclusions sont les suivantes : après avoir été longtemps considérées comme des personnes « bizarres », des hurluberlus, etc., ces hommes et ces femmes très souvent incompris se distinguent en effet par une créativité remarquable et sont désormais présentés comme des génies. Leur secret ? Ils possèdent un cerveau différent.

Barron avait mis en évidence la complexité de la créativité, à la fois nourrie par l’intellect, l’émotion, la motivation ou encore la morale. Il résumait ainsi : « les génies créatifs sont à la fois plus instinctifs et plus cultivés, plus destructeurs et plus constructifs, parfois plus fous mais aussi résolument plus sains que les autres personnes ». Cette observation peut sembler paradoxale, mais elle permet de conclure que les créatifs sont agités par des forces contradictoires qui cohabitent, soit alternativement soit simultanément, et qui donnent à ces personnalités atypiques une pulsion créatrice.

Le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi, qui a passé trente ans à étudier les personnalités créatives, affirme que  « au lieu d’être un individu, chacun d’eux est une multitude ». Il est vrai qu’aujourd’hui, la plupart des psychologues acceptent tout à fait que, par nature, la créativité est multi-facettes.

Selon le site d’information Quartz, les personnes qui inventent des choses nouvelles sont aussi plus portées vers l’introspection, ce qui les conduit à une meilleure connaissance d’elles-mêmes. Elles sont donc plus à l’aise avec leurs zones d’ombre. Elles jonglent avec les contradictions, entre l’émotionnel et la rationnel, le réfléchi et le spontané. Elles ont accès à une palette de nuances qui n’est tout simplement pas disponible chez la plupart d’entre nous. C’est peut-être la raison pour laquelle les grands génies sont par, nature, insaisissables et, pourquoi pas, plus heureux !

À la prochaine !

Barbara Figueroa Savidan

Written by editor