twitterfacebookgooglexinglinkedin

L’automne…

L’automne…

Aujourd’hui, c’est l’automne. Ce 23 septembre marque l’arrivée de cette nouvelle saison, l’un des rares moments de l’année où le jour et la nuit seront de la même durée. Pour certains, l’automne est synonyme de mélancolie, de tristesse, de perte d’énergie, de manque de soleil… Les journées raccourcissent, l’été reste derrière nous et nous pouvons déjà sentir le froid, la pluie et la neige. Mais pour d’autres, c’est une nouvelle étape, un nouveau départ et cela implique forcément motivation, envie et dynamisme.

N’oublions pas que l’automne marque un changement majeur de l’histoire de France. Pendant la Révolution française, l’an I de la République est proclamé le 21 septembre 1792. Dans le calendrier républicain, l’équinoxe d’automne marque le début de la nouvelle année. Une organisation qui sera adoptée en 1792 avant d’être abandonnée par Napoléon en 1806.

Si vous avez un coup de blues, pensez aux feuilles des arbres. Rousses, jaunes, vertes, elles offrent un magnifique tableau de couleurs chaudes. Et quel plaisir de marcher dans les tas de feuilles mortes. Le bruit est délicieux. Ce sont les souvenirs d’enfance qui reviennent aussi !

Et pourquoi les feuilles tombent-elles ? C’est la chlorophylle, un pigment présent en grande proportion dans les cellules végétales, qui donne cette couleur verte à la feuille. Mais, à mesure que la lumière naturelle baisse, la chlorophylle s’efface, et le vert avec elle. D’autres pigments naturels prennent alors le relais, comme le carotène qui donne une couleur jaune, voire orangée, et l’anthocyane pour la couleur rouge. Les chutes de température fragilisent les tissus de la feuille, qui tombe alors, avant de se déshydrater et de sécher.

Certains artistes ont su saisir toute la beauté et la poésie qu’offre cette saison. Dans sa série de portraits Les Saisons, l’Italien Giuseppe Arcimboldo peint L’Automne en 1563, l’un de ses plus célèbres tableaux. Trois cents ans plus tard, en 1873, l’impressionniste Claude Monet représente Argenteuil et la Seine sous les couleurs chaudes de l’automne dans sa toile « Effet d’automne ». Vincent Van Gogh réalise, lui, sa toile « Paysage d’automne » onze ans plus tard. Du côté de la musique, c’est Antonio Vivaldi qui fait de l’automne son concerto n° 3, intitulé « L’Autunno ». Mais, en littérature, cette saison est souvent synonyme de déclin ou de dépérissement, à l’image du poème de Verlaine « Chanson d’automne » qui date de 1866 et que le chanteur Charles Trenet reprendra un siècle plus tard :

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Alors, que vous soyez des inconditionnels ou des ennemis de l’automne, je vous dis : à la semaine prochaine !

Barbara Figueroa Savidan

 

 

Written by editor