twitterfacebookgooglexinglinkedin

Partager son bureau avec un chat

Partager son bureau avec un chat

En ce moment même, pendant que j’écris, Lola est sur moi. Lola, c’est notre chatte. Elle habite chez nous depuis plus de dix ans et elle ne me quitte pas quand je travaille. C’est automatique : j’allume mon ordinateur et la voilà sur mon bureau. Elle s’installe bien confortablement, n’importe où. Normalement, elle raffole des papiers, surtout des plus importants, de ceux dont j’ai besoin. Les pages blanches et les brouillons à jeter ne l’intéressent pas du tout.

En hiver, elle est attirée par la chaleur de l’écran et elle s’y colle complètement. Juste au milieu, bien évidemment. Je la pousse. Elle descend de mon bureau. Une minute plus tard à peine, elle remonte. Se recolle à l’écran. Cette situation peut se répéter une dizaine de fois en boucle. Alors je la mets dehors et je ferme la porte. Mais Lola n’a bien évidemment pas dit son dernier mot. Elle se met à gratter la porte comme une désespérée et elle réussit son objectif : elle me fait de la peine et je la laisse passer.

Et revoilà Lola sur mon bureau.

Le pire d’un chat, c’est quand il s’ennuie. Avec sa patte, elle fait tomber mes stylos, elle mordille mes post-it, se frotte contre l’écran et le remplit de poils, elle met son museau dans ma tasse et essaie d’attraper le sachet de thé discrètement… Et si je la gronde, son petit miaulement augmente alors ma culpabilité.

Non, le pire… c’est quand une mouche survole mon bureau. Lola devient complètement folle et elle perd tous ses moyens. En deux secondes elle se met à bondir dans un sens et dans l’autre et elle fait tout tomber à son passage. Imaginez le résultat : ma table qui était si bien rangée…

Mais malgré ces petits contretemps, ma Lola, c’est le compagnon de bureau parfait. Elle m’accompagne. Elle m’énerve parfois un peu, c’est vrai, mais je me sens moins seule devant mon ordinateur. Le travail de freelance est très solitaire et je me surprends parfois à parler toute seule. Oui ! Ça m’arrive, je l’avoue. Mais quand Lola est là, je me sens bien.

Alors voilà mon petit hommage à Lola.

À la semaine prochaine !

Barbara Figueroa Savidan

 

 

Written by editor