twitterfacebookgooglexinglinkedin

La rentrée, j’aime pas

La rentrée, j’aime pas

Je sais, ce n’est peut-être pas un sujet original, mais ça tombe à pic.

En Espagne, les enfants commencent l’école le 10 septembre. Il reste encore un peu plus de deux semaines pour que les vacances de ma fille finissent, mais ça me rend triste de penser à la rentrée… C’est sa troisième année en maternelle, grande section, mais je redoute toujours un peu ce moment. Je souligne bien : JE. Parce qu’elle, elle est contente de recommencer les cours, de retrouver sa maîtresse, ses copains (ils se sont vus quasiment tous les jours à la plage, mais on dirait pas), sa classe… Mais moi, j’ai un pincement au cœur.

Pourtant, d’un autre côté, j’ai envie de retrouver la routine, de mieux organiser mon travail en fonction de l’horaire scolaire, de récupérer un peu de « temps pour moi ». Mais, d’un autre côté, j’ai peur de perdre cette sensation de vacances, d’été, de liberté… Même si je ne suis pas en vacances depuis début août, mais… C’est difficile à expliquer et à comprendre, je l’avoue.

Et puis je crois que j’ai un peu de mal à accepter que ma fille grandit, grandit, grandit… Je viens de recevoir ses livres, oui, plusieurs livres ! Trois livres d’écriture et trois livres de maths ! Ça fait tout drôle…

C’est vrai qu’en Espagne, les vacances d’été sont plus longues qu’en France, mais les enfants ont moins de jours de repos dans l’année. À la fin, ça s’équilibre, mais la pause estivale s’étire davantage et complique parfois la reprise en septembre, voire la séparation parents-enfants.

L’avantage ici, c’est l’horaire. Ma fille commence l’école à 9 heures et elle termine à 14 heures (ou 15h avec cantine) et les après-midi sont à nous ! C’est un avantage, c’est clair. Dans mon cas, je m’organise en fonction de son planning : travail jusqu’à 15h et continuation le soir, quand mademoiselle est couchée.

Et puis la rentrée ça remet les pieds sur terre… Elle nous rappelle que l’automne approche, avec ses journées plus courtes et le froid qui revient petit à petit. Non, non, non. Pas envie de ça. Vive l’été, les longues journées, les couchers de soleil devant la mer, les soirées dans la rue, le parfum de l’océan, le sel sur la peau… Beaucoup de clichés, je sais, mais je les adore !

Alors, que le temps passe très doucement jusqu’au dix septembre, que l’été dure encore un peu plus… Et d’ici la rentrée, interdit de mentionner le retour à la routine. Chut !

À la semaine prochaine !

Barbara Figueroa Savidan

 

Written by editor