twitterfacebookgooglexinglinkedin

La mer qu’on voit danser…

La mer qu’on voit danser…

La mer, toujours la mer. Je me sens bien près d’elle. Je respire mieux. Son odeur, la brise, le bruit des vagues… C’est le meilleur remède à tous les maux. Elle me manque dès que je m’en éloigne et je me sens rassurée quand je la retrouve. Elle fait partie de moi, de nous.

La mer inspire… Demandez sinon à Charles Trenet :

La mer

Qu’on voit danser le long des golfes clairs
À des reflets d’argent
La mer
Des reflets changeants
Sous la pluie

La mer
Au ciel d’été confond
Ses blancs moutons
Avec les anges si purs
La mer bergère d’azur

Infinie

Voyez
Près des étangs
Ces grands roseaux mouillés
Voyez
Ces oiseaux blancs
Et ces maisons rouillées

La mer
Les a bercés
Le long des golfes clairs
Et d’une chanson d’amour
La mer
À bercé mon cœur pour la vie

Depuis une dizaine d’années, j’habite à Cadix, qui est liée à la mer depuis sa création. C’est une ville unique pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que c’est la plus ancienne cité d’Occident. Son histoire trimillénaire est portée par une situation géographique unique entre l’Europe et l’Afrique, mais aussi entre l’Atlantique et la Méditerranée.

La tradition classique situe la fondation de la Cité par les phéniciens à 80 années après la guerre de Troie, soit entre le XIIe et le XIe siècle av. J.-C. Après la traversée transatlantique de Christophe Colomb en 1492, les navires espagnols qui rapportaient les trésors des Amériques utilisèrent Cadix comme port de rattachement et la ville devint une des plus riches villes d’Europe.

Parmi ses spécificités, il faut également souligner qu’elle s’étend sur une presqu’île rocheuse, reliée à la terre par un unique cordon dunaire. Elle est donc entourée de mer et je m’y sens un peu comme au bout du monde, isolée, protégée dans un havre de paix lointain et peu accessible. L’air est propre, constamment renouvelé par le vent qui berce la ville. Cadix est spéciale, remplie d’histoire, bouillonnante de souvenirs du passé, riche des cultures qui l’ont peuplée et de sa mer.

Ici la lumière du soleil est encore plus rayonnante qu’ailleurs. L’horizon brille davantage et éblouit les visiteurs. Cadix est une ville marine dans laquelle il fait bon vivre.

Je suis une fille du nord séduite par cette délicieuse ville du sud.

Il est très difficile, quand on vit dans la familiarité bourrue de la mer, de ne point regarder le vent comme quelqu’un et les rochers comme des personnages. (Victor Hugo)

La mer ! Sa seule beauté attire, retient le regard et donne l’impression d’une étendue intouchée de commencement du monde, d’une puissance qui dépasse l’être humain. (Reine Malouin )

À la semaine prochaine !

Barbara Figueroa Savidan

 

 

 

 

 

 

Written by editor