twitterfacebookgooglexinglinkedin

Les dix plus belles chansons françaises d’amour (1ère partie)

Les dix plus belles chansons françaises d’amour (1ère partie)

Les dix plus belles chansons françaises d’amour (1ère partie)

 

1. NE ME QUITTE PAS (JACQUES BREL)

« Ne me quitte pas » a été interprétée pour la première fois sur scène par Jacques Brel en 1959. La chanson rencontre un grand succès grâce à l’interprétation théâtrale de Jacques Brel. Il nous transporte littéralement dans un l’univers sombre de l’abandon et du désespoir. La chanson « Ne me quitte pas » aurait été inspirée au chanteur par son histoire d’amour avec Suzanne Gabriello. Lorsqu’il arrive à Paris, il vit une grande idylle avec cette chanteuse et comédienne. Pourtant, à l’époque, il est toujours marié avec Thérèse Michielsen, alias “Miche”, la mère de ses 3 filles… 

(…) Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu’après ma mort
Pour couvrir ton corps
D’or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l’amour sera roi
Où l’amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas… 

 

2. HYMNE À L’AMOUR (ÉDITH PIAF)

Par cette chanson bouleversante, Piaf proclame son amour à l’homme de sa vie : le boxeur Marcel Cerdan. Le 14 septembre 1949, dans un cabaret new yorkais, elle l’interprète pour la première fois, sous les yeux de son amant présent dans la salle. Depuis trois ans, Piaf et Cerdan s’aiment passionnément sans se soucier de la morale (Marcel Cerdan est marié et père de famille). Un mois et demi plus tard, Marcel trouvera la mort. Ce n’est que quelques mois plus tard, en mai 1950, qu’Édith Piaf enregistrera la chanson sur disque. Le public la découvre alors et la légende fera le reste…

Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer,
Et la terre peut bien s’écrouler,
Peu m’importe. Si tu m’aimes,
Je me fous du monde entier.
Tant qu’l'amour inondera mes matins,
Tant que mon corps frémira sous tes mains,
Peu m’importe les problèmes,
Mon amour, puisque tu m’aimes.

 

3. JE T’AIME… MOI NON PLUS (SERGE GAINSBOURG)

« Je t’aime… moi non plus » est une chanson française écrite, composée et chantée en duo par Serge Gainsbourg d’abord avec Brigitte Bardot en 1967 et ensuite avec Jane Birkin en 1969.

Fin 1967, Brigitte Bardot demande à Serge Gainsbourg de lui écrire « la plus belle chanson d’amour qu’il puisse imaginer ». Il se met à l’ouvrage et lui écrit en une seule nuit les duos Je t’aime moi non plus. Le scandale éclate : Günter Sachs, homme d’affaires allemand et mari de Bardot, menace immédiatement des poursuites en justice. Il n’y aura pas d’autre diffusion à la radio, le disque ne sortira pas et c’est la rupture sentimentale.

En 1968, Serge Gainsbourg tourne avec Jane Birkin, une jeune actrice anglaise, dans le film Slogan. Une nouvelle histoire d’amour commence. Serge, frustré de l’interdiction de l’enregistrement précédent, demande à Jane d’interpréter la chanson avec lui… 

Je t’aime
oh, oui je t’aime!
moi non plus
oh, mon amour…
comme la vague irrésolu
je vais je vais et je viens
entre tes reins
et je
me retiens-je t’aime je t’aime
oh, oui je t’aime !
moi non plus
oh mon amour…
tu es la vague, moi l’île nue
tu vas et tu viens
entre mes reins…

 

4. JE L’AIME À MOURIR (FRANCIS CABREL)

Le tube de l’été 1979 a été écrit en une heure.

Francis Cabrel était alors un chanteur peu connu, qui accompagnait Patrick Sébastien en tournée. Il vient de finir son 2e album lorsqu’il compose « Je l’aime à mourir », qui devient un énorme succès, au point que Francis Cabrel enregistre des versions en italien et en espagnol. La version espagnole va connaître un incroyable parcours : reprises par différents artistes, « La quiero a morir » devient la chanson la plus reprise, adaptée et interprétée dans les pays hispaniques au cours des 30 dernières années. Caraïbes, Amérique Latine, États-Unis, la chanson de Francis Cabrel est un phénomène international, auprès d’un public ignorant complètement que son auteur est français. 

(…) Elle a gommé les chiffres
Des horloges du quartier
Elle a fait de ma vie
Des cocottes en papier
Des éclats de rire
Elle a bâti des ponts
Entre nous et le ciel
Et nous les traversons
À chaque fois qu’elle
Ne veut pas dormir
Ne veut pas dormir
Je l’aime à mourir

Elle a dû faire toutes les guerres
Pour être si forte aujourd’hui
Elle a dû faire toutes les guerres
De la vie, et l’amour aussi
Elle vit de son mieux
Son rêve d’opaline
Elle danse au milieu
Des forêts qu’elle dessine
Je l’aime à mourir…

  

5. UN BEAU ROMAN, UNE BELLE HISTOIRE (MICHEL FUGAIN)

Les paroles de cette chanson sortie en 1972 annoncent l’été… 

C’est un beau roman, c’est une belle histoire
C’est une romance d’aujourd’hui
Il rentrait chez lui, là-haut vers le brouillard
Elle descendait dans le midi, le midi
Ils se sont trouvés au bord du chemin
Sur l’autoroute des vacances
C’était sans doute un jour de chance
Ils avaient le ciel à portée de main
Un cadeau de la providence
Alors pourquoi penser au lendemain

Ils se sont cachés dans un grand champ de blé
Se laissant porter par les courants
Se sont racontés leur vies qui commençaient
Ils n’étaient encore que des enfants, des enfants
Qui s’étaient trouvés au bord du chemin
Sur l’autoroute des vacances
C’était sans doute un jour de chance
Qui cueillirent le ciel au creux de leurs mains
Comme on cueille la providence
Refusant de penser au lendemain

 

Barbara Figueroa Savidan

Written by editor