twitterfacebookgooglexinglinkedin

Quand un slogan est mal traduit, c’est la catastrophe…

Quand un slogan est mal traduit, c’est la catastrophe…

Ce n’est pas toujours facile d’adapter un slogan en d’autres langues. Le problème, c’est qu’il s’agit d’une tâche qui doit impérativement être réalisée par un professionnel totalement bilingue et avec de l’expérience en publicité/marketing pour choisir les mots justes. Les erreurs de traduction créent des situations assez embarrassantes… En voici quelques-unes : 

 

- La célèbre chaîne de fast food KFC a eu quelques soucis quand leur slogan « Finger Lickin’ Good » a été traduit en chinois par « Dévorez vos doigts ».

 

- Quand General Motors a présenté sa Chevrolet Nova en Amérique centrale et en Amérique du sud, le département marketing n’a pas détecté le sens de la phrase « No va », qui en espagnol signifie « ça ne va pas », ou « ça n’avance pas ». Pas très habile…

- La campagne marketing « Got Milk? » lancée en 1993 aux États-Unis permit d’accroître les ventes de produits laitiers. Grâce au succès remporté, la campagne s’est alors étendue au Mexique, mais la traduction du slogan n’a vraiment pas été réussie : « Are you lactating? », c’est-à dire, « Donnez-vous du lait? »…  

 

- En 1977, Braniff Airlines installe des sièges en cuir en première classe et en profite pour publier une publicité dont le slogan est « Fly in Leather ». En espagnol, cette phrase a été traduite par « Vuele en Cuero(s) », signifiant « Volez nu ».

 

- Pepsi a utilisé le slogan « Come Alive with the Pepsi Generation » de 1963 à 1967, afin de concurrencer Coca-Cola. Le slogan a cependant  plutôt inquiété les chinois, pour qui la phrase traduite ressemblait davantage à « Pepsi ramène vos ancêtres d’outre-tombe ».

- Coors (qui produit de la bière) a traduit son slogan « Turn It Loose » (lâcher la pression dans le sens de prendre du bon temps) en espagnol par « Suéltalo », ce qui fait plutôt penser à « diarrhée ». Pas terrible pour une boisson…

 

- Parker Pen a lancé sur le marché mexicain un stylo à bille dont le slogan était « It won’t leak in your pocket and embarrass you » (il ne coulera pas dans votre proche et ne vous embarrassera pas). La société a pensé que « to embarrass » se traduisait par « embarazar » en espagnol… sauf que « embarazar » signifie « faire un enfant à »…

- Quand Coca-Cola s’est lancé sur le marché chinois, le nom du produit a d’abord été “Kekoukela”, ce qui signifie en gros “Mords le crapaud en cire” ou “Jument fourrée à la cire”, selon les dialectes. Coca-Cola a alors fait des recherches parmi 40 000 caractères pour trouver un équivalent phonétique et a opté pour “Kokoukole”, qui peut se traduire par “Bonheur dans la bouche”. C’est toujours mieux qu’un crapaud en cire…

 

 - La marque scandinave Electrolux a lancé une campagne publicitaire aux USA avec le slogan : « Nothing Sucks like an Electrolux », qui peut se lire comme « Rien n’aspire comme un Electrolux » (la pub était pour un aspirateur) ou « Rien n’est aussi nul qu’un Electrolux », puisque l’expression « it sucks » signifie aussi « c’est nul », « ça craint »…

 

- La société Clairol a lancé sur le marché allemand un fer à friser appelé « Mist Stick » et a très vite découvert qu’en allemand « Mist » veut dire « fumier »…

- Colgate a essayé de lancer sur le marché français un dentifrice nommé “Cue”. Sans commentaires.

- Pour vendre ses poulets sur le marché latino-américain, la société Frank Perdue a traduit son slogan « It takes a strong man to make a tender chicken » (« Il faut un homme costaud pour faire un poulet tendre ») en espagnol, et c’est devenu « it takes an aroused man to make a chicken affectionate » (« il faut un homme excité pour faire un poulet affectueux »). Bizarre.

Alors, messieurs, faites attention avant de traduire vos slogans. Le pouvoir des mots est ici évident. Quelques mots ratés et toute la stratégie commerciale tombe à l’eau.

 Barbara Figueroa Savidan

Written by editor